Marie-Christine PHEULPIN

SITUATION PROFESSIONELLE : Maitre de Conférences-HDR

UNIVERSITE : Paris 13

SOCIETE du Rorschach et des Méthodes Projectives : Société Française

ADRESSE POSTALE : 32, rue Adrien Damalix  94 410 Saint- Maurice

PAYS : France

LANGUE(S) PARLEE(S) : Français
                      LUE : Français, Anglais

TELEPHONE :  +33 6 78 68 67 06

ADRESSE E-MAIL : mcpheulpin@yahoo.fr

 

1 – RECHERCHE(S)

 

  • Mots clés :

traumatismes crâniens ; agirs agressifs ; maternité ; méthodologie ; regard.

 

  • Thématiques principales de recherche :

Ages de la vie :

  • enfance-adolescence            
  • âge adulte-adulte âgé                

Clinique et psychopathologie :

  • cliniques du normal             
  • fonctionnements limites               
  • psychoses                           

Méthodes projectives :

  • Rorschach                            
  • TAT                                                                                                        

Problématiques du corps et de l’acte  

Dépressions - dépendances                           

 

  • Objets de recherche actuels :

Recherches cliniques en appui sur la méthodologie projective et recherches en méthodologie projective

 1- Recherche hospitalo-universitaire portant sur le fonctionnement psychique de patients adultes souffrant de séquelles persistantes ( + d'un an, jusqu'à 14 ans)) d'un traumatisme crânien léger. Recherche pluridisciplinaire qui croise données médicales, neuropsychologiques et psychodynamiques (Entretien clinique, Rorschach, TAT)

La recherche approfondit la question du traumatisme physique faisant traumatisme psychique et la question de l'après-coup, terrain clinique : Service de Médecine Physique et Réadaptation  (Pr Pradat-Diehl), Hôpital de la Salpêtrière, Paris.

 

2- Recherche inter-universitaire franco-brésilienne portant sur une comparaison  du fonctionnement psychique d’adolescents auteurs d’agressions « sexuelles » et d’adolescents auteurs d’agressions contre soi (scarifications), rencontrés dans des cadres différents et examinés à l’aide d’épreuves projectives (Rorschach, TAT). La recherche se centre sur le traitement de l’excitation pulsionnelle (représentations/affects) et sur la problématique identificatoire.

 

3- Recherche inter-universitaire franco-turque portant sur les processus psychiques impliqués dans la maternité : étude comparative du fonctionnement psychique de femmes en période post-natale comparé aux normes du Rorschach (1ère étude qui montre des divergences significatives au Rorschach), étude longitudinale sur les processus psychiques impliqués dans la grossesse, la maternité et la phase post-natale.

 

4- Recherche intra-universitaire en méthodologie projective :

4a : le regard en situation projective, au regard du face à face de l'entretien clinique et du dispositif divan-fauteuil dans le cadre analytique.

4b :  le regard en situation TAT avec l'hypothèse que la situation TAT (dispositif, matériel, consignes) porte à son acmé l'énigme du regard qui devient alors un élément majeur de l'appel à la projection.

 

 

  • Autres collègues impliqués :

Recherche 1 :

axe médical : Pr Pradat- Diehl

axe neuropsychologique : Christine Picq

axe psychodynamique : Pascale Bruguière, Krinio Benfredj

 

Recherche 2:

en France : Pr JY Chagnon (Université Paris 13), C Matha (Université Paris 13),  E Pelladeau (Université Paris 10)

au Brésil : Pr Deise Matos do Amparo (Université de Brasilia)

 

Recherche 3 :

Pascale Bruguière, Bérangère Noir, Krinio Benfredj (Université Paris 13)

 

Recherche 4 :

en France : Rose-Angélique Belot (Université de Franche-Comté)

en Turquie : Tevfika Ikiz (Université d'Istanbul)

           

 

2 – PUBLICATIONS les plus récentes et/ou significatives :

 

Publications référées à la méthodologie projective

 

1- Pheulpin M-C., (2001), L’investigation psychosomatique approfondie : intérêts diagnostique et pronostique des épreuves projectives. Dans E. Ferragut, Psychopathologie de la douleur, évaluation, thérapies, prévention, (pp. 93-104). Paris : Masson.

2- Pheulpin M-C., Bruguière P., (2002), Eléonore ou le temps déboussolé. Psychologie Clinique et Projective, 8, 129-155.

3- Pheulpin M-C., Benfredj K., Bruguière P., (2003), Aux sources du narcissisme : intérêt des épreuves projectives. Regards croisés sur quelques patients alcooliques. Psychologie Clinique et Projective, 9, 313-330.

4- Emmanuelli M., Pheulpin M-C., Bruguière P., (2005). Un destin des affects dans la dépression : l’émoussement affectif. Elaboration d’une méthodologie de recherche à partir des épreuves projectives. Bulletin de Psychologie, 58, n° 476, 195-205.

5- Emmanuelli M., Pheulpin M-C., Bruguière P., & Verdon B. (2010). Clinique des affects dansla dépression: contribution des épreuves projectives à l'évaluation et au pronostic. In: S. Settineri & C. Mento (Eds.) Rorschach et Méthodes Projectives, Etudes et Recherches Cliniques Rorschach e metodi proiettivi : studi e ricerche cliniche (pp 154-161). Trieste : Edizioni Luglio.

6- Pheulpin M-C., Bruguière P., Benfredj K., (2011), Les épreuves projectives, un creuset de réorganisation psychique ? Quand la clinique du traumatisme crânien léger questionne le traumatisme psychique. Psychologie Clinique et Projective, 17, 221-250

7- Pheulpin M-C., (2012), Quand l’écriture se fait image spéculaire, Les cahiers de l’infantile, 8,40-49.

8- Pheulpin M-C., (2013), Clinique projective et corps en souffrance, Le Carnet PSY, 170, 44-47.

9- Pheulpin M-C., (2014), L'économie psychosomatique, une notion chère à Rosine Debray, Psychologie Clinique et Projective, 20, 181-197.

10- Pheulpin M-C., Bacqué M-F., (2014), V. Shentoub et R. Debray, Fondements théoriques du processus-TAT, Bull. psycho, 1970-1971, 24, n°292, 897-903, Dans, sous la direction de Chagnon J-Y., 40 commentaires de textes en psychologie clinique, (pp.223-231). Paris : Dunod.